Accueil Immobilier particulier Ce qui définit de bonnes annonces immobilières

Ce qui définit de bonnes annonces immobilières

1258

Les annonces immobilières sont incontournables, que vous ayez un bien à céder ou à acheter/louer. Voici comment vous y retrouver simplement.

Sur le web, on trouve absolument de tout, y compris les annonces immobilières. Face à l’abondance des offres, il est crucial de se démarquer pour trouver rapidement un locataire ou un acheteur. Et quand on recherche un bien, il est tout aussi important de distinguer les annonces fiables. Suivez le guide pour vous en sortir sans difficulté.

Apprendre à décrypter ces fameuses annonces immo

Les annonceurs sont généralement limités dans le choix des photos et des descriptions. Du coup, ils utilisent des termes parfois complexes. Quand vous tombez sur une mention de type « bien à fort potentiel », ce n’est pas évident de comprendre qu’il s’agit d’un logement nécessitant des travaux.

Si vous recherchez un bien dans lequel vous pourrez emménager juste après la transaction, ne vous attardez pas sur ces annonces immobilières. Par contre, si vous rêvez de refaire la déco à votre image, n’hésitez pas à demander des renseignements supplémentaires.

L’utilisation des abréviations est une autre chose courante. S’il est assez facile de comprendre de « Chbre et Sdb » font respectivement référence à chambre et salle de bain, c’est moins évident de savoir que CC signifie « charge comprise », entre autres. Pour vous aider, sachez déjà que BEG est l’acronyme de bon état général. HC est celui de hors charges.

Si le bien vous intéresse, renseignez-vous sur ces charges dont vous serez redevable. Asc.est l’abréviation d’ascenseur, tandis que Chauff. Coll. fait référence au chauffage collectif. Attention, salle d’eau et salle de bains sont totalement différentes. La première vous promet une douche, la seconde garantit l’existence d’une baignoire. Vous serez fixé sur les dimensions au moment de la visite.

Les termes « bien de caractère » figurent assez souvent dans les annonces immobilières. Là encore, certains pièges seront à éviter. Dans certains cas, il s’agit d’un bel immeuble d’époque, avec une façade en pierre.

Parfois, il s’agit d’un bâtiment qu’il faudra rénover dans les prochains moins. Consultez déjà les photos et comparez les prix pour vous faire une idée. Ne faites aucune offre sans avoir visité l’appartement concerné.

La liste des éléments à étudier est longue. A la moindre hésitation, demandez confirmation à l’agence qui diffuse les annonces immobilières.

Immeuble blanc lyonnais sur ciel bleuvaloriser un bien grâce à une annonce immobilière ?

En tant que vendeur ou loueur, il est crucial de rédiger une annonce qui ait de la valeur. Les acheteurs et locataires potentiels accordent une moyenne de 3 secondes à chaque offre. Maximisez donc vos chances en misant sur un contenu percutant.

La première chose à faire sera de faire des photos. Ne vous contentez pas d’attacher celles prises l’an passé. Il faut montrer la maison comme elle l’est au moment de la mise en vente ou en location. Attendez qu’il fasse beau pour bien profiter de la lumière naturelle. Rangez bien pour permettre aux internautes de se projeter.

Faites un maximum de clichés possibles, sous tous les angles, en intérieur et en extérieur. Au moment de sélectionner les images à insérer, mettez-vous à la place d’un internaute lambda. Lesquelles de ces photos vous séduiraient le plus ? Rappelez-vous qu’un beau cliché suscite souvent des coups de cœur qui peuvent conduire à la transaction.

Passez ensuite au descriptif. Votre texte devra donner envie de visiter les lieux. Soyez aussi précis que possible. Mentionnez le nombre de pièces disponibles, leurs superficies respectives et la surface habitable totale. Evoquez également les atouts du bien. Il s’agit par exemple de la proximité des commerces, de l’orientation, de la vue (sur mer, dégagée…) ou encore l’existence de terrasse, jardinet/ou piscine. Une belle hauteur sous plafond sera aussi un atout à mentionner. De la même manière, la présence d’un ascenseur aura son influence.

La survente est à éviter si vous comptez rédiger des annonces immobilières qualitatives. Soyez honnête en précisant par exemple qu’un studio mansardé avec une surface au sol de 150m² fait 100m² en loi Carrez. Cette honnêteté facilitera les choses.

En ce qui concerne les prix, demandez l’avis d’un pro. Voyez également les tarifs appliqués aux biens similaires qui se situent près de chez vous. Le prix que vous mentionnerez dans votre annonce doit être aussi juste que possible, sans surestimation.

femme

Ces petits détails qui peuvent vous induire en erreur

Les annonces immobilières n’offrent pas tous les détails. Au moment de la visite, le propriétaire est tenu d’informer l’acquéreur potentiel sur les éventuels défauts de la construction. Des problèmes de moisissures ou des fissures font partie des infos importantes.

Pour un achat, sachez que vous ne débourserez pas uniquement l’équivalent du prix de vente. Ils n’apparaissent pas dans les annonces immobilières et pourtant les frais de l’agence et du notaire seront à votre charge. Le premier représente de 4% à 8% du prix du bien tandis que le second avoisine les 7% du prix indiqué. Il faudra donc prévoir votre budget sur cette base. N’oubliez pas les frais imputables à d’éventuels travaux. Quoique, la nécessité de réparer ou de rafraîchir un bien peut être un motif recevable pour négocier le prix.

Dans les annonces immobilières fiables, les résultats du DPE et des GES sont clairement stipulés. A défaut, le propriétaire ou l’agence en charge du bien devra en informer les acquéreurs. Une personne intéressée par le bien est par ailleurs en droit d’exiger les résultats d’autres diagnostics immobiliers (termites, amiante, plomb, etc).

Pour le candidat à l’acquisition, c’est une façon d’évaluer ses futures dépenses au cas où une remise aux normes serait à prévoir.

Experts du secteur et professionnels de la rédaction immobilière se relaient pour vous offrir du contenu documenté et facile à lire !