Accueil Fiscalité Investissements locatifs : les pièges de la défiscalisation immobilière

Investissements locatifs : les pièges de la défiscalisation immobilière

1465

Si, normalement, les dispositifs de défiscalisation permettent essentiellement de réaliser des économies conséquentes sur les impôts, les pertes, la faillite ou le redressement fiscal ne sont jamais loin si les contribuables ne sont pas attentifs quant au montage de leur projet. Arnaques, programmes immobiliers hasardeux, nombreux sont les dangers. Conseils pratiques pour choisir un bon projet locatif.

Bien comprendre son projet

En effet, en matière d’investissement locatif, il existe plusieurs dispositifs de défiscalisation. Ils sont tous différents dans leur principe et chacun d’eux peut être adapté à un projet et répondre aux besoins de l’investisseur. Les deux points communs ce sont la défiscalisation et les règles très strictes auxquelles ils obéissent. Selon la nature du projet : achat, travaux de rénovation ou de réhabilitation, il existe tout un arsenal de mesures de défiscalisation permettant de bénéficier des avantages fiscaux.

L’investissement locatif peut être un placement assez rentable, d’autant plus que le financement est facilité par les réductions d’impôt et les loyers à percevoir. Seulement, l’investisseur doit bien comprendre les principes et bien choisir le système de défiscalisation en fonction de son projet. Sans quoi, il risque bien des désagréments pouvant faire capoter son projet.

défiscalisation immobilière

Dans la défiscalisation immobilière, liée à un investissement locatif, les principaux risques sont les projets surfacturés, le manque, voire l’inexistence de locataires et donc les loyers impayés, le paiement des indemnités d’éviction en cas de résiliation de bail ayant pour conséquence la perte de la réduction d’impôt suivie d’un redressement fiscal. Évidemment, ces risques nuisent au projet et peuvent conduire à une faillite. Pour mieux éviter tous ces problèmes, il faut à tout prix bien cerner tous les détails de son projet locatif.

Comme pour souscrire un crédit immobilier, il est toujours judicieux de demander conseil par exemple à un courtier professionnel et de faire le bon choix selon sa situation personnelle et sa situation fiscale. L’on peut éviter ainsi de perdre de l’argent d’un côté et parvenir à se constituer un patrimoine puis de faire des économies d’un autre.

Ne rien négliger pour éviter les pièges

Investir dans l’immobilier locatif ne se fait pas au hasard. Autrement dit, il est nécessaire de ne pas se lancer dans un plan d’investissement sans un minimum de préparation. En effet, vous devez  avant tout définir vos objectifs et votre stratégie pour les atteindre.

Pour cela, il existe plusieurs points qui doivent être pris en compte. Pour un bon placement locatif, il faut toujours se renseigner sur le marché immobilier pour éviter d’être surfacturé lors de l’achat. Cela permet également de bien cerner la tendance pour ne pas surévaluer par exemple le montant des loyers.

Toujours miser sur les critères importants pour assurer la rentabilité : situation sociale, géographique et économique. Le choix du promoteur immobilier est également important : bonne réputation, solidité financière et pérennité de l’entreprise sont des impératifs. Pour le montage du projet et des dossiers, un expert en gestion patrimoniale est nécessaire. Bien que cela ait un coût, il est certain qu’au final, des conseils avisés permettront de s’y retrouver au mieux dans les arcanes de la défiscalisation immobilière.

Experts du secteur et professionnels de la rédaction immobilière se relaient pour vous offrir du contenu documenté et facile à lire !