Accueil Authors Posté parLa rédaction

La rédaction

Avatar
193 ARTICLES 0 COMMENTAIRES
Experts du secteur et professionnels de la rédaction immobilière se relaient pour vous offrir du contenu documenté et facile à lire !

7

Découvrez nos 4 conseils pour améliorer un agencement open space. Espaces distincts, zones de circulation, mobilier… Comment l’optimiser ?

agencement open space

L’agencement open space est de plus en plus présent dans les entreprises. D’abord privilégier pour le gain de place et la cohésion d’équipe, l’open space cherche maintenant à intégrer intimité, bien-être et productivité.

Comment faire pour optimiser l’agencement de son open space ? Voici quelques conseils.

 

Comment améliorer l’agencement de votre open space ?

 

Dans l’agencement d’un open space, il n’est pas toujours simple de concilier espaces partagés et productivité.

Comment répondre aux besoins de chacun en adaptant le lieu de travail aux différentes activités ? Comment faire d’un open space un endroit agréable, propice à la concentration, au partage et à la productivité ?

 

Pour l’avis et l’expertise d’un professionnel de l’aménagement de bureau, il y a Eggo agencement.

 

Voici 4 conseils pour améliorer l’agencement d’un open space :

 

1. Créer un agencement avec des espaces distincts

 

L’agencement open space est d’abord pensé pour favoriser le travail d’équipe, mais toute l’entreprise sur un même plateau ouvert peut devenir un véritable calvaire.

 

Le mieux, c’est de diviser l’espace en plusieurs zones distinctes. Par exemple, vous pouvez intégrer des zones fermées de réunion, de détente, de repas…

 

Vous pouvez également rassembler les collaborateurs en équipes, tout en gardant en tête que plus de 10 collaborateurs par espace peut devenir néfaste pour la concentration de chacun.

Toutefois, pour que l’on comprenne les différentes zones et que chaque équipe conserve un soupçon d’autonomie et d’intimité, il est nécessaire de délimiter les espaces. Signalétique, verrière, claustra, cloison modulable, mobilier ou revêtement déco, les choix sont multiples.

 

2. Penser aux espaces de circulation

 

Dans un agencement open space, il est important de garder en tête que beaucoup de monde va devoir circuler toute la journée. Il faut rendre chaque endroit accessible facilement et penser à aménager des espaces de circulation.

 

Entrée, se déplacer en salle de réunion ou de détente, se rendre à l’espace repas… repérez ces zones de passage et démarquez-les du reste de l’open space.

 

Pour protéger l’intimité, la concentration et le confort de vos collaborateurs, n’hésitez pas à créer une séparation entre les espaces de travail et de passage. Pour garder l’espace de travail ouvert, vous pouvez par exemple positionner des meubles de rangement bas, des plantes ou encore des panneaux acoustiques.

Pensez aussi à ne placer aucun bureau dos à une fenêtre, devant ou derrière une porte, les reflets sur l’écran ou trop de mouvements sont propices à la déconcentration.

 

3. Choisir un mobilier adéquat

 

Pour être productif, il faut pouvoir travailler dans de bonnes conditions et donc être confortablement installé. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le travail en bureau est difficile pour le corps qui reste statique de longues heures.

 

Il est important de miser sur du mobilier adapté ou adaptable à chacun. Un bureau assis-debout permet par exemple à chaque collaborateur de choisir sa position de travail et d’en changer régulièrement. Pour le travail assis, un fauteuil ergonomique et réglable reste la meilleure option.

 

Dans ces grands espaces ouverts, il ne faut pas oublier les rangements ! Un désordre visuel pourrait empiéter sur la qualité du travail. Pour que l’agencement de l’open space reste agréable et aéré, offrez du rangement.

 

4. Atténuer le niveau sonore dans un agencement open space

 

Sons isolés, répétitifs, sonnerie de téléphone, clics de souris, clavier d’ordinateur… L’un des plus gros problèmes d’un open space, c’est le bruit qui peut devenir un véritable enfer.

 

Malheureusement, tous ces bruits sont inévitables dans un bureau, alors comment les neutraliser pour faire d’un open space un lieu propice à la concentration et la productivité ?

 

Il existe désormais des panneaux, cloisons, mobiliers qui sont faits en matériaux qui absorbent le bruit environnant comme du tissu enduit micro-perforé, de liège ou de la moquette.

 

En petite séparation pour les bureaux doubles, en cloison centrale, au mur, au plafond ou encore en mobilier pour séparer les espaces, cela permet non seulement de réduire les nuisances sonores, mais aussi de renforcer l’intimité visuelle.

 

7

Vous détectez une fuite d'eau dans votre maison ? Découvrez dans cet article 3 conseils simples et pratiques sur comme la réparer

Reparer-une-fuite-deau

Les fuites d’eau peuvent apparaître dans la maison sans prévenir. Elles sont habituellement la conséquence d’anomalies au niveau de la tuyauterie et des canalisations. Il est indispensable de ne pas négliger ces soucis de plomberie puisqu’ils peuvent engendrer des dégâts. Réparer une fuite d’eau dans la maison peut se faire en appliquant certains conseils utiles et parfois simples à mettre en œuvre.

 Faire une évaluation des dégâts

Les conséquences d’une fuite d’eau dans la maison peuvent être souvent désastreuses. En effet, la propagation de l’humidité dans la demeure peut être néfaste pour la construction, mais aussi les biens des propriétaires. Cela devrait alerter la vigilance de ces derniers dès qu’une présence anormale d’eau dans certaines zones de la maison est constatée. Avant d’entamer les réparations nécessaires, il est vivement recommandé aux occupants de la demeure de réaliser une évaluation des dégâts réels.

Cette initiative sera prise dans le but de pouvoir mesurer l’ampleur du sinistre. De plus, il sera plus aisé de renseigner un professionnel lorsque l’on en contacte un. Les locataires de la demeure n’ont pas à être des experts en plomberie pour effectuer les premières constatations au sujet d’une fuite d’eau. Le principal geste à faire est de relever les zones touchées par l’eau et l’humidité. Par ailleurs, il serait également utile de déterminer si l’anomalie est visible ou non. La connaissance de toutes ces informations peut s’avérer pratique pour le plombier que les locataires appelleront pour signaler la fuite d’eau.

Contacter un plombier professionnel

La réparation des problèmes de plomberie peut être réalisée par les locataires de la maison sous certaines conditions. En premier temps, il est essentiel qu’ils aient des capacités en la matière, surtout si le souci est important. Ensuite, la possession de tous les outils nécessaires pour mener à bien la mission est la prochaine condition à remplir. Enfin, les locataires ne devraient pas tenter leur chance sans la connaissance de certaines informations de base telle que le nom des différents composants du système de plomberie de la maison. Savoir les méthodes pratiques pour une résolution rapide du problème de fuite d’eau peut aussi être une aptitude de base à avoir.

Par ailleurs, le fait de contacter un professionnel de la plomberie reste un réflexe tout à fait indiqué en cas de fuite d’eau dans la demeure. Cela représente une alternative intéressante dans le cas où le sinistre est d’une ampleur alarmante. Seul un professionnel pourra maîtriser la situation si celle-ci est plus ou moins grave et menace sérieusement la maison, ses occupants ainsi que leurs biens. L’intervention d’un plombier expert est d’autant plus souhaitée si la fuite d’eau a une origine souterraine. Un prestataire expérimenté et bien équipé pourra mener à bien la recherche de fuite d’eau. Un tel professionnel peut se trouver sur internet.

Réaliser les premiers gestes utiles

Une fuite d’eau est un problème dont la résolution demande une réactivité adéquate venant des occupants de la maison. Les locataires sont les premiers à constater le souci. Ils sont tenus de ne pas rester les bras croisés et de faire ce qu’il faut afin que le problème de plomberie en question soit résolu dans les meilleurs délais.

Il se peut qu’ils se disent qu’ils ne sont pas des professionnels et qu’ils ne voient pas en quoi leur intervention est importante. Les occupants de la demeure peuvent tout à fait initier quelques gestes utiles dans le but de limiter le plus possible le sinistre et surtout la propagation de l’humidité dans la construction. Ils peuvent notamment :

  • couper l’arrivée d’eau dans la maison,
  • éponger autant que possible l’eau qui fuit,
  • aérer l’intérieur de la maison afin d’aider à sécher l’humidité.

 

35
immobilier saint denis

Située au nord de Paris, Saint-Denis est une commune très dynamique. Depuis 2014, les prix dans le secteur immobilier y connaissent une hausse exponentielle. La tendance reste toujours à la hausse pour le plus grand bonheur des professionnels de l’immobilier. Découvrez ici comment est calculé le prix au m2 à Saint-Denis.

Méthodes de calcul : la comparaison des appartements similaires

Il existe plusieurs méthodes pour déterminer le prix m2 Saint-Denis. En 2021, le prix du m² habitable dans cette commune pour tout type de biens confondus est estimé à 3456 €. Cette valeur donne un prix approximatif de votre propriété en se basant sur la valeur de marché. Toutefois, ce prix au m2 à Saint-Denis ne prend donc pas en compte les caractéristiques spécifiques de votre bien.

Afin de vous rapprocher le plus possible du prix de votre propriété, vous devez vous renseigner sur les appartements comparables vendus dans votre commune sur un site immobilier par exemple. Après avoir sélectionné l’emplacement, le nombre de chambres, les équipements, l’année de construction et autres informations, vous obtiendrez une liste de propriétés similaires au vôtre. Le prix du m² de votre bien sera alors égal à la moyenne des prix des biens identiques trouvés.

Évaluer une propriété en ligne

Une autre méthode pour trouver le prix au m2 à Saint-Denis est de le faire en ligne. Aujourd’hui, vous avez accès à des outils d’évaluation en ligne qui font ce travail pour vous. En effet, certaines entreprises ont accès à des milliers de prix de transactions déjà conclues ou actuellement en vente à Saint-Denis. Cela leur permet de créer des algorithmes d’estimation automatique. En leur fournissant des informations clés sur votre propriété, ces outils pourront vous aider. Ils vont comparer votre appartement à ceux de leur base de données et vous fournir une fourchette de prix.

Faire évaluer votre bien par un professionnel

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un expert qui viendra analyser en profondeur votre propriété. L’avantage de consulter un professionnel est sa connaissance du marché local qui lui permettra de prendre en compte tous les indicateurs de la localisation qui influenceront le prix. Afin d’affiner son évaluation du prix au m2 à Saint-Denis, il pourra également vous demander de lui fournir certains documents tels qu’un plan, des diagnostics techniques, etc. Vous pouvez cliquer ici pour en savoir plus.

Les éléments à prendre en compte lors de l’estimation d’une propriété

Chaque appartement est unique. Dans le même immeuble un appartement au rez-de-chaussée aura une différence de prix avec un appartement au dernier étage. Par ailleurs, pour deux appartements dans la même ville, une différence de prix peut être constatée si l’un est situé à deux minutes à pied d’une gare et l’autre à 30 minutes à pied. Ces différences existent partout.

À Saint-Denis, le prix du m² pour les appartements est estimé à 3480 €. Il peut fluctuer entre 2121 et 4756 €. Il en de même pour les maisons dont le prix au m2 à Saint-Denis varie entre 2162 et 4672 €. Ces fluctuations s’expliquent par les éléments ci-dessous.

  • L’année de construction

En général, plus la propriété est ancienne, plus sa valeur diminue au fil des années.

  • Les options

La présence de double vitrage, de portes blindées, d’un système d’alarme ou de climatisation sont des avantages importants, surtout si les bâtiments voisins n’en sont pas équipés.

  • L’état général de la propriété

Lorsqu’il s’agit d’évaluer une propriété, il est important de prendre en compte son état général. S’il y a des rénovations conséquentes, les frais sont à déduire du prix au m2 à Saint-Denis car ce sont des frais supplémentaires pour l’acheteur.

  • Les commodités du secteur ou du quartier

La proximité des transports, des routes, des commerces, des écoles, des gares et des aéroports sont des commodités appréciées qui peuvent augmenter le prix de vente d’une propriété.

  • La vue

Une vue sur un monument sera une caractéristique très demandée par les acheteurs et peut faire monter sensiblement le prix du bien. Par exemple, pour des appartements avec une vue sur la basilique Saint-Denis, la tour Pleyel ou le Stade de France, le prix au m2 à Saint-Denis peut atteindre des sommets.

35
calculer son ROI

Aussi appelé ROI (Return on investment), le retour sur investissement (RSI) est un indicateur financier servant à mesurer et à comparer le rendement d’un placement. S’agissant d’un quotient, le retour sur investissement a pour objectif de faire un calcul du pourcentage du gain qu’un investissement pourrait rapporter par rapport à la mise de départ. Cet indicateur est essentiel pour savoir l’efficacité et la rentabilité d’un investissement.

 

En quoi consiste le retour sur investissement ?

 

Le retour sur investissement se base généralement sur le calcul du ratio des bénéfices de l’investissement et du coût de l’investissement. Le RSI se définit aussi comme un indicateur important dans la comparaison de plusieurs investissements réalisés. Grâce à cet indicateur, il est plus facile de mesurer le rendement d’un investissement immobilier en se basant sur les sommes investies et les gains ou les pertes. Dans cette formule, le temps n’intervient pas. Toutefois, l’argent gagné ou perdu est pris en compte sur une période annuelle. Il s’agit donc d’un rendement annuel. Très indispensable à la gestion d’une société, cet indicateur financier ou Key Performance Indicator doit faire l’objet d’un suivi lorsqu’il faut le calculer durant une durée précise. Dans le cas d’un investissement immobilier, vous pouvez simuler votre ROI directement sur les sites des SCPI, comme Iroko.eu.

 

Comment faire pour calculer le retour sur investissement ?

 

La formule mathématique pour calculer le RSI en pourcentage est comme suit :

 

Retour sur investissement (%)= (gain de l’investissement – coût de l’investissement) / coût de l’investissement.

 

Sachez que le risque que comporte chaque projet n’est pas pris en compte dans cette méthode de calcul. Dans un projet, il pourrait y avoir un taux de risque plus grand caché lorsque le RSI est élevé. Il est ainsi nécessaire de faire un arbitrage entre la rentabilité potentielle et les possibles risques. En revanche, vous pouvez dire que l’investissement est rentable si le ROI est positif. Un coefficient d’actualisation des flux est utile pour des investissements de long terme. En finance, la méthode la plus courante et la plus précise est le Net Present Value ou la valeur nette présente.

 

Le calcul du ROI peut être compliqué quelques fois. Dans le cas où le bien acheté est refinancé ou qu’il y a une seconde hypothèque, le calcul devient difficile. En effet, un second prêt ou un prêt refinancé peut augmenter les intérêts et engendrer des frais de prêt qui impactent le retour sur investissement. Sans parler des coûts d’entretien, des tarifs liés aux services publics et les taxes foncières qui sont aussi à inclure dans le RSI.

 

Pour réaliser cette opération, votre meilleur allié est votre expert-comptable. Grâce à ses clés de performance, il est en mesure d’assurer le suivi de vos indicateurs financiers. N’hésitez pas à solliciter son accompagnement pour profiter de son expertise.

 

L’objectif du calcul du retour sur investissement

 

Pour assurer la rentabilité, un investissement doit rapporter suffisamment. Le retour sur investissement implique les gains et les coûts de l’investissement. Il est question de retour sur investissement égal à zéro lorsque la mise de départ est récupérée pendant la durée de rentabilité. En calculant le ROI, il est possible de faire une conversion et de comprendre les différentes stratégies : satisfaction client et des KPI, stratégie marketing. C’est le ROI marketing.

 

La plupart du temps, le ROI aide dans l’étude du capital investi et le retour réel de l’investissement. Dans le cas d’un locatif qui est un investissement immobilier rapide, cette méthode de calcul est plus qu’indispensable. En plus d’aider dans le choix de projet, cet indicateur permet aussi de définir celui qui est le plus fructueux par rapport aux sommes initiales qui ont été investies. D’une grande importance, le calcul du retour sur investissement est le meilleur moyen pour définir les objectifs primordiaux de votre entreprise. Grâce au RSI, les chefs d’entreprise pourront facilement piloter leur stratégie de développement tout en ayant les cartes en main et décider de le poursuivre, de l’arrêter ou de l’accentuer si nécessaire.

40
Investissement PME

L’investissement dans les PME permet de bénéficier d’une défiscalisation pouvant aller jusqu’à 25% de réduction sur son IR. Cependant, pour bénéficier de tous ces avantages, certaines conditions doivent être respectées. Cette offre n’étant disponible que sur la période du 1er janvier au 31 décembre 2021, quelles sont les conditions sine qua non pour y prendre part ? Qui peut investir dans les PME ? Quels sont les placements malins à faire avant sa retraite ?

 

Investir dans les PME pour une réduction de l’IR

 

L’économie réelle est un terme désignant l’ensemble des activités économiques immatérielles et matérielles en dehors des marchés financiers, et qui ciblent les PME et les PMI. Investir dans l’économie réelle est un moyen certain de participer à la croissance de votre région. Pour permettre aux contribuables de participer activement au développement de leurs communautés, ils ont la possibilité d’investir dans les PME et de voir leurs impôts sur le revenu diminués. Ainsi, un célibataire ou un couple peut décider de faire un investissement dans une PME. Le plafond est de 50000€ pour le célibataire et de 10000€ pour un couple. La réduction est respectivement de 9000€/an pour le célibataire et de 18000€/an pour le couple, ce qui fait un total de 25% de réduction sur l’IR. Cette solution permet à toute personne physique éligible de bien préparer sa retraite.

 

Quels placements malins effectuer ?

 

L’épargne personnelle

 

Il est important de commencer par épargner très tôt en tant que personne. Que ce soit en couple ou en tant que célibataire, les épargnes constituent un fond que vous pouvez investir dans plusieurs secteurs afin d’obtenir un retour sur investissement conséquent. L’une des méthodes à utiliser est d’apprendre à épargner tout en ayant des objectifs financiers. Ainsi, dans la trentaine et dans la quarantaine vous aurez assez de ressources pour investir dans l’acquisition d’un patrimoine immobilier. Avec cette épargne, vous pouvez vous offrir une belle retraite en voyageant partout dans le monde. L’un des avantages des épargnes, c’est qu’elles vous permettent aussi de répondre aux besoins de la famille sur le court et sur le moyen terme, surtout lorsqu’il y a des enfants dans le foyer. Apprendre à épargner tôt est un véritable moyen de préparer sa retraite.

 

Le plan d’épargne retraite (PERP)

 

Ce plan d’épargne est réalisé de manière volontaire pendant la période d’activité du contribuable. Il permet d’avoir des revenus sous forme de rentes viagères. Il permet aussi de financer l’achat d’une résidence au moment de la retraite en utilisant le versement perçu, plutôt que les rentes. Pour être éligible à cela, il suffit de ne pas être, sur une période de deux ans, le propriétaire d’une résidence principale.

 

Le plan d’épargne en actions (PEA)

 

Ce type de placement est recommandé pour les personnes physiques dont l’âge est encore loin de celui de la retraite. Dans le cadre d’un PEA lié à une PME, il est possible de faire un placement allant de 150000€ à 225000€. Cette formule permet aussi de réaliser un cumul des deux plans avec un PEA classique. Sur les gains obtenus, il n’y a pas d’impôts qui soient prélevés. Par contre, les prélèvements sociaux sont effectués, et ce, sur 5 ans. Il est aussi possible grâce à la loi Pacte, que les jeunes âgés de 18 à 21 ans et les étudiants de 25 ans qui sont toujours rattachés au foyer fiscal de leurs parents bénéficient d’un PEA Jeunes. Cette formule fonctionne comme un PEA classique, à la seule différence du plafond du placement qui est de 20000€. Lorsque ces jeunes quitteront le foyer fiscal parental, le PEA Jeunes fonctionnera désormais comme un PEA classique.

 

 

67

Investir dans du neuf, c’est souvent un bon moyen d’avoir un bien immobilier en très bon état. Vous éviterez ainsi les réparations et les différentes réhabilitations. Toutefois, le problème, c’est que vous aurez un modèle déjà pré-fait. Vous ne pouvez donc pas peaufiner les détails. Néanmoins, est-il possible de choisir les menuiseries extérieures d’une maison neuve ?

 

Sur quels critères peut-on choisir ses menuiseries extérieures ?

Les menuiseries extérieures peuvent garantir l’aspect physique de votre maison. Elles peuvent également mettre en avant le style voulu et l’originalité recherchée. La possibilité de choisir ou non ces menuiseries extérieures dépend notamment de quelques critères.

Tout d’abord, il est possible de choisir les menuiseries dans le cas où la maison est encore en cours de construction. C’est notamment le cas lorsque vous décidez de réserver à l’avance la maison. Ainsi, vous pouvez passer un accord au préalable avec le constructeur pour choisir vous-même les menuiseries extérieures. De cette manière, il se peut qu’il y ait une variation de prix, notamment plus cher, en raison des exigences personnalisées.

Ensuite, il est possible de remplacer les menuiseries extérieures déjà existantes par de nouvelles menuiseries de votre choix. Cette fois encore, il faudra que cela soit consenti pour être pris en charge par le vendeur. Ce dernier pourra ainsi prendre en charge tous les détails des travaux à faire. Pour ce faire, il vous faut établir un nouveau devis sur le prix.

Dans le cas où le vendeur ne vous laisse pas le choix, la dernière option est notamment de faire le remplacement vous-même. En effet, il suffit de remplacer les menuiseries existantes avec les menuiseries de votre choix. De cette manière, les dépenses seront à votre charge, et ne va plus inclure le vendeur.

Quel type de menuiserie extérieure choisir pour une maison neuve ?

Dans le cas où vous avez la possibilité de choisir les menuiseries extérieures de votre maison, il est important de bien faire votre choix.

Le matériau idéal

Pour ce qui en est du matériau des menuiseries extérieures, vous avez le choix entre :

  • le bois : noble, chaleureux et naturel ;
  • le PVC : pas cher, solide et résistant aux intempéries ;
  • l’alu : esthétique, solide et résistant ;
  • la bi-matière : un alliage de deux matériaux pour profiter de leur avantage.

Le choix des matériaux va dépendre de vos besoins et de votre budget. N’oubliez pas de prendre en compte le rendu final qui convient le mieux à votre maison. Cela va contribuer à son bel aspect.

Le type de porte ou de portail idéal

Le type de porte pour vos menuiseries extérieures n’est pas à omettre. Porte classique, portail coulissant, portail à vantaux et autre sont autant de choix à votre disposition. Le choix va notamment dépendre de l’aspect de votre maison et de l’espace dont vous disposez. Si vous avez une petite cour, le choix d’un portail coulissant s’avère être plus pratique. En plus de cela, il va offrir un côté moderne et sophistiqué à votre façade. Si vous avez une plus grande cour, un large choix s’offre à vous. Vous trouverez une gamme entière sur le site de Bob Le Menuisier.

Le type de fenêtre idéal

Il en va de même pour les fenêtres : classiques, coulissantes, oscillantes et battantes. Encore une fois, le choix dépend de l’esthétique finale, mais aussi de l’espace disponible. À cet effet, les choix actuels se portent sur les modèles coulissants en raison de leur praticité. Le côté classe et moderne sera toujours au rendez-vous.

Il est donc possible de choisir vos menuiseries extérieures lors de l’achat d’une maison neuve, mais il faudra prendre en compte certaines conditions. Tâchez ensuite de bien choisir les menuiseries idéales pour votre maison.

 

64
prêts immobiliers

Vous cherchez un financement pour votre projet immobilier ? Alors que le marché regorge de propositions concurrentes, comment savoir où trouver les meilleurs prêts immobiliers ? C’est LA grande question ! Sachez que le taux d’intérêt est loin d’être le seul critère à prendre en compte pour choisir votre établissement prêteur. Voici nos éclaircissements.

Qu’est-ce qu’un bon prêt immobilier ?

Le meilleur prêt immobilier est sans nul doute celui qui vous correspond et découle d’une offre adaptée à votre besoin et personnalisée selon votre situation.

Certes, le taux d’intérêt intervient largement dans le calcul du coût total du crédit. Mais indépendamment du taux, pour juger de la qualité d’un prêt immobilier, veillez à obtenir les informations générales sur les crédits :

  • la nature, l’objet et la durée possibles des crédits immobiliers ;
  • les types de taux proposés et leurs caractéristiques (taux fixe, variable ou révisable …) ;
  • les différentes modalités de remboursement possibles ;
  • un exemple représentatif du montant total du crédit, de son coût pour l’emprunteur et du taux annuel effectif global ;
  • les sûretés (hypothèque, caution…) pouvant garantir le crédit immobilier….

À qui s’adresser pour faire une demande de prêt immobilier ?

Pour obtenir un crédit destiné à un projet immobilier, il existe généralement 4 principaux interlocuteurs :

  • les établissements bancaires classiques : vous pouvez consulter directement ces grandes enseignes nationales, surtout si elles hébergent déjà vos comptes principaux ;
  • les organismes spécialisés dans le crédit immobilier comme le Crédit Foncier par exemple ;
  • les banques en ligne ;
  • les courtiers.

L’étape de la sélection est souvent difficile. Pour faciliter et vous rassurer dans votre choix, il vaut mieux comparer les différentes offres sur le marché.

Quel que soit le type d’établissement, la plupart vous donnent accès à des simulateurs en ligne, vous permettant d’avoir, gratuitement et en quelques minutes, une estimation du prêt immobilier qui pourrait vous convenir au mieux. Certains vont même plus loin en proposant une vraie étude personnalisée, en ligne également et sans engagement. Vous pouvez alors faire une simulation pour affiner les différents paramètres et trouver le prêt qui vous correspond avec son taux spécifique.

Pourquoi les taux des banques varient-ils ?

D’un établissement à l’autre, les taux ne sont pas les mêmes. Ils varient en fonction de :

  • du taux directeur de la banque centrale européenne ;
  • de la concurrence entre les établissements ;
  • de la politique commerciale de la banque ;
  • de votre profil personnel en tant qu’emprunteur.

Les banques sont en effet attirées par les profils qui répondent le mieux à leur politique commerciale. En fonction des profils, les offres de banques varient, de même que les taux proposés. Ce n’est pas parce que vous ne correspondez pas exactement à ces critères que la banque en question ne va pas traiter votre dossier. Simplement le taux ne sera pas le même.

Comment obtenir le meilleur prêt immobilier ?

Pour obtenir un bon prêt immobilier, concentrez-vous sur votre profil emprunteur. Plus celui-ci rassure l’établissement financier, plus vos chances d’obtenir un bon prêt immobilier sont élevées.

  • Soignez votre apport personnel et faites en sorte qu’il couvre au moins 10 % de la somme totale empruntée.
  • Profitez des prêts aidés comme le prêt à taux zéro (PTZ) ou le prêt Action Logement : ils vous permettent de réduire la somme empruntée auprès de la banque.
  • Présentez un taux d’endettement bas : les banques n’acceptent pas de prêter au-delà d’un taux d’endettement qui représente 35 % de vos revenus. Si vous démarrez votre projet immobilier en ayant déjà un crédit et des mensualités qui courent (pour un prêt étudiant, un crédit à la consommation, etc.), votre dossier est moins favorable.
  • Ayez une situation financière stable : pour prouver à la banque que vous serez capable de rembourser vos mensualités à échéance, mieux vaut présenter des comptes courants dans le vert.
  • Ne négligez pas le choix de l’assurance emprunteur : l’assurance du prêt immobilier pèse très lourd dans le coût total du crédit. Pour obtenir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

64

Dans un monde où tout projet est régi par la fiscalité, il convient quelques fois de faire appel à un gestionnaire patrimonial. En effet, qu’il s’agisse d’une préparation à la retraite, de l’achat d’un bien ou de la création d’une entreprise, tous les projets sont liés à une situation patrimoniale. Par conséquent, la gestion de patrimoine concerne aussi bien les particuliers que les professionnels. Que faut-il savoir sur ce type de gestion ? Voici quelques éléments de réponse.

Gestion de patrimoine : définition

Elle s’organise généralement en trois principales étapes. Dans un premier temps, la gestion de patrimoine vise à évaluer au travers d’un bilan, le patrimoine d’une personne qui désire en assurer une meilleure gestion. A cet effet, de nombreux facteurs sont pris en compte :

  • la situation professionnelle ;
  • la situation familiale ;
  • la situation économique.

Le deuxième aspect auquel s’intéresse la gestion de patrimoine est le profil de la personne qui délègue son patrimoine à des professionnels, suivi de : son aversion au risque, la rentabilité recherchée ainsi que les objectifs à court et à long terme. La dernière étape quant à elle, consiste à gérer ou à placer un capital selon le profil du patrimoine et de la personne.

Pour cette étape de la gestion, les éléments suivants doivent être mis en valeur : la rentabilité, les risques, la transmission du patrimoine, les flux financiers, etc. Pour rappel, un patrimoine est un ensemble de biens matériels ou immatériels dont dispose une personne. Autrement dit, la gestion de patrimoine consiste en la gestion de ces différents biens.

Qu’est-ce qu’un gérant de patrimoine ?

Le gérant de patrimoine, encore appelé conseiller en gestion patrimoniale (CGP) est un spécialiste du droit patrimonial et fiscal. Fort de son expertise, il procure des conseils et assiste ses clients dans la gestion de leurs biens. Il évalue ces derniers et assure la gestion du côté administratif. Le gestionnaire de patrimoine dispose également des compétences nécessaires pour orienter ses clients vers des placements fiables.

Pour bien exécuter son travail, ce professionnel a le devoir d’être à jour dans l’actualité économique et financière de son pays. Le conseiller en gestion de patrimoine met donc toute son expérience au service de ses clients (particuliers ou professionnels). Même en ayant recours aux prestations de ce professionnel, vous devez rester attentif sur tout ce qui concerne la gestion de votre patrimoine. Très souvent, des imprévus font surface et viennent perturber le cours des prévisions.

Dans ce cas, il convient d’analyser les différents aspects de la situation avant de prendre une quelconque décision pouvant impacter votre patrimoine. C’est d’ailleurs pour cela que vous devez vous assurer de la fiabilité et des compétences de votre conseiller en gestion de patrimoine.

Pourquoi recourir à un conseiller en gestion de patrimoine ?

Un patrimoine conséquent englobe généralement plusieurs éléments. Il peut être constitué de composants à la fois privés comme professionnels

ou de biens mobiliers et immobiliers. La gestion d’un tel patrimoine implique plusieurs paramètres juridiques et fiscaux. Il n’est donc pas évident qu’un débutant puisse assurer la gestion d’une telle tâche. Pour ce faire, il est préférable de faire appel aux services d’un expert, qui n’est rien d’autre que le gestionnaire de patrimoine.

Ce dernier est le plus apte à vous procurer les meilleurs conseils grâce à son expérience dans le domaine de la gestion de patrimoine. En lui confiant vos biens, non seulement vous gagnez du temps, mais cela peut également s’avérer très bénéfique pour vos affaires. Pour bien choisir ce professionnel, vous devez tenir compte de votre situation. Afin d’éviter toute arnaque, il est préférable de faire directement appel à une entreprise spécialisée. Pour davantage de détails, vous pouvez cliquer sur ce lien pour en savoir plus sur la gestion de patrimoine.

62
votre achat d'immobilier neuf en Île-de-France

Pour réussir votre achat d’immobilier neuf, en Île-de-France (ou ailleurs), il faut simplement respecter des règles de bon sens, aussi bien pour choisir le promoteur, pour sélectionner le bon rapport qualité / prix, et enfin pour bien évaluer sa trésorerie.

Un promoteur qui tient la route

Vous le savez, nous sommes actuellement dans une situation de pénurie d’offres, aussi bien dans l’immobilier ancien que dans l’immobilier neuf. C’est vrai partout, mais encore plus en Île-de-France. Les raisons, pour le neuf, sont multiples :

– diminution des fonciers intéressants

– baisse du nombre de permis de construire (les élus ne souhaitent pas multiplier les chantiers avant les différentes échéances électorales comme celles de 2020, 2021 et 2022).

– et les promoteurs ont de moins en moins de trésorerie pour lancer de nouveaux projets.

L’impact de la Covid-19

Pendant une grande partie de l’année 2021, les promoteurs ont dû assurer les dépenses de fonctionnement alors même qu’il n’y avait pas ou très peu de ventes.

Malgré le recours ponctuel du chômage partiel, leur trésorerie a donc été très affectée. Et certains sont maintenant en situation critique.

Avant de valider un dossier de réservation, il est donc important de vous renseigner au moins sur le montant du capital social de votre promoteur (est-ce qu’il a les reins solides) et sur son historique.

L’importance de l’équipe

C’est bien de trouver une résidence qui vous plaît… c’est mieux de choisir un promoteur avec une équipe suffisamment nombreuse et expérimentée (cette information est à mettre en parallèle par rapport au nombre de résidences en cours de commercialisation et à venir).

Car le promoteur est votre interlocuteur avant la réservation, mais également au moment de la recherche de financement, de la construction… et même après la livraison (pour la levée des éventuelles réserves). Si l’équipe n’est pas à la hauteur, vous perdrez beaucoup de temps et d’énergie pour obtenir les réponses dont vous aurez besoin.

 

Un bon rapport qualité / prix

 

La loi du marché

Est-ce que vous faites une bonne affaire en achetant de l’immobilier neuf « pas cher » en Île-de-France ? N’oubliez pas qu’en achetant de l’immobilier en VEFA (sur plan), vous négociez non pas avec un particulier, mais avec un professionnel du secteur ; il connaît donc parfaitement les prix du marché… et comme la demande est supérieure à l’offre, il est peu envisageable qu’il vende en dessous de ce que cela vaut réellement !

Donc, si vous achetez en dessous des prix habituels, il est très probable qu’il y ait « un loup » : soit une grande construction va bientôt s’élever juste en face de vos fenêtres, soit l’appartement est difficile à aménager et peu pratique, soit le promoteur connaît des problèmes de trésorerie et il brade son stock (et par conséquent, il ne fournira probablement pas une résidence avec un niveau de qualité à la hauteur de ce que vous attendiez) …

La concurrence des primo-accédants

Sous certaines conditions de ressources et de conservation et dans certaines zones très délimitées, le législateur permet aux primo-accédants d’acheter en bénéficiant d’une TVA réduite (5,5 % au lieu de 20 %). Cela permet de développer la mixité sociale (en clair, les nouveaux acheteurs ne seraient peut-être pas venus dans ces zones paupérisées s’ils n’avaient pas bénéficié de cet avantage fiscal).

Si vous n’avez pas le droit à cet avantage fiscal (car vous souhaitez achetez pour mettre en location, car vos revenus sont trop élevés, car vous étiez déjà propriétaire avant cet achat…), il peut être stratégique de choisir une autre zone. Vous achèterez plus cher au m², mais comme l’environnement sera plus qualitatif, vous aurez des locataires / voisins avec des revenus plus confortables ; et, au moment de la revente, vous n’aurez pas cette concurrence des primo-accédants TVA réduite (qui ont initialement acheté avec une réduction de 12% par rapport à vous pour le même type d’appartement).

Une trésorerie saine

Les critères d’un bon achat peuvent varier que vous soyez occupant ou que vous soyez bailleur ; mais dans tous les cas, il est important de bien estimer la trésorerie dont vous allez avoir besoin sur toute la durée de la détention du bien. Pour cela, il faut poser les chiffres de manière raisonnable et réaliste, et pas seulement pour la partie fiscalité.

Pour les propriétaires occupants

En choisissant l’immobilier neuf, vous ferez de belles économies de chauffage, et vous aurez très peu de travaux à prévoir. Mais il faut quand même faire face aux frais d’entretien, aux frais du syndic, à la pose éventuelle de caméras, à la consommation d’eau et électricité pour les parties communes et pour votre appartement, aux abonnement internet et téléphonie… En clair, comptez environ 200 à 250 € par mois pour un T2 (appartement avec 1 chambre).

Pour les propriétaires bailleurs

Tous les frais d’entretien sont à la charge de votre locataire… mais pas les frais de syndic, ni les frais de grosse réparation…et pour cela, comptez environ 100 à 120 € par mois pour un T2.

Si vous prévoyez de l’inflation sur les loyers (ce qui est raisonnable), tenez-en également compte pour toutes ces dépenses.

Par ailleurs, si vous conservez l’appartement pendant de nombreuses années, il est important d’intégrer un peu de dépenses de travaux dans votre simulation financière.

Et surtout, il est illusoire de penser que votre appartement sera loué à 100 % pendant toute la durée de votre simulation. En fonction de la nature de votre appartement (meublé en direct, nu avec ou sans avantage PINEL…), de la taille, de la zone géographique, il est réaliste de prévoir un taux d’occupation plus ou moins important… et, entre 2 locataires, de prévoir éventuellement les coûts pour refaire un bail, mettre un petit coup de peinture, changer le mobilier de votre meublé…

N’hésitez pas à demander des renseignements auprès d’un conseiller du site Investnewimmo pour faire le bon choix dans votre achat d’immobilier neuf en Ile-de-France.

Conclusion

Pour certains acheteurs, réussir son achat d’immobilier neuf en Ile-de-France, c’est réussir à réaliser une plus-value. Pour cela il faut :

– soit acheter très bas, donc « avec un loup » (ce qui pourra poser problème à la location et / ou à la revente).

– soit revendre très haut (mais personne ne peut dire quelle sera la situation économique globale dans 10, 15 ou 20 ans, donc quelle sera la capacité des futurs acheteurs à acheter vraiment beaucoup plus cher que le prix actuel).

Et si, par exemple, vous achetez dans une zone du Grand Paris Express avec une livraison du métro dans 5 ou 10 ans, sachez que l’augmentation potentielle des prix de ce secteur est déjà partiellement intégrée dans votre prix d’achat actuel… donc que vous ne ferez pas la culbute !

Pour faire une plus-value, il faut prendre un vrai risque, ce qui implique d’avoir la capacité financière et /ou psychologique à le supporter pendant une durée plus ou moins longue.

Dans la majorité des cas, réussir son achat immobilier dans le neuf en Ile-de-France, c’est donc plutôt réussir à faire un achat serein, sans mauvaise surprise, ni à la location, ni à la revente.

78
consommation énergétique

Il n’est pas rare de voir des logements ayant de mauvaises performances énergétiques. Cela peut être dû à un problème d’isolation par exemple. Si vous avez des doutes quant à la performance énergétique de votre logement, vous avez la possibilité de faire un diagnostic de performances énergétiques. Ce bilan vous permettra de connaître les éventuels travaux de rénovation à réaliser pour améliorer l’isolation thermique de votre logement. Si vous souhaitez diminuer votre consommation énergétique, vous pouvez également changer de fournisseur d’énergie par exemple.

Faire une estimation de votre consommation électrique

La première étape va consister à faire une estimation de votre consommation électrique, ou plus globalement énergétique. Faire cette estimation va vous permettre de connaître plus précisément les dépenses qui vont être liées à votre consommation, et ainsi de savoir quelle quantité d’énergie vous consommez tous les mois. Vous pourrez ainsi vous rendre compte si cette quantité vous paraît élevée ou non. Comme l’expliquent les experts du site agence-france-electricite.fr, si c’est le cas, alors le problème vient peut-être de votre logement, ou bien de votre fournisseur.

Changer de fournisseur d’électricité

Une fois que vous avez remarqué que votre consommation énergétique est trop élevée, vous pouvez essayer de voir si le problème vient de votre fournisseur d’énergie ou non. L’estimation que votre consommation énergétique que vous avez fait au préalable vous permettra de savoir rapidement si l’offre que vous avez souscrite est adaptée à votre consommation ou non.

Si l’offre n’est pas adaptée, alors vous pouvez tout à fait changer de fournisseur d’électricité ou de gaz. Depuis l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie en 2007, les contrats d’énergie sont sans engagement. Selon le site fournisseur-energie.com, cela signifie que vous pouvez les résilier à tout moment, et sans frais. Cela signifie également que vous pouvez donc changer de fournisseur à n’importe quel moment, et autant de fois que vous le souhaitez. Pour ce faire, rien de plus simple ! Vous n’avez qu’à souscrire un contrat chez l’un des fournisseurs d’énergie de votre choix. Il se chargera de résilier votre contrat auprès de votre ancien fournisseur. 

Dans quel cas faire un diagnostic de performance énergétique (DPE) ?

Le diagnostic de performance énergétique est un type de bilan thermique réalisé dans le cadre d’une vente ou location d’un bien immobilier. Si vous réalisez l’un de ces deux actes, le DPE de votre logement va donc être obligatoire. L’objectif est de réduire les émissions de CO2 des logements.

En réalisant ce DPE, vous pourrez connaître la classe énergie de votre bien, qui représente un classement selon sa consommation énergétique. Vous pourrez également savoir quelle quantité d’énergie est consommée par le bien immobilier. Enfin, vous trouverez des recommandations concernant les solutions pour diminuer la consommation de votre logement. 

Réaliser des travaux de rénovation énergétique

Parmi les solutions pour réduire la consommation énergétique de votre logement se trouvent des travaux de rénovation énergétique. Les travaux de rénovation sont des travaux qui vont vous permettre d’améliorer l’isolation de votre logement. Non seulement cela vous permettra d’améliorer votre confort au sein de votre logement, mais également de réaliser des économies d’énergie, et donc de diminuer vos factures énergétiques tous les mois.

Plusieurs travaux de rénovation sont à prévoir, comme par exemple :

  • l’isolation ;
  • le chauffage ;
  • la régulation du chauffage ;
  • la ventilation.

Mais ne vous inquiétez pas, le diagnostic de performance énergétique est là pour vous indiquer les travaux à réaliser dans le cas de votre logement, ainsi que l’ordre dans lequel il va falloir les réaliser. De plus, si vous décidez de réaliser des travaux de rénovation énergétique, sachez que vous pouvez obtenir des aides de l’État pour les financer. Vous pouvez retrouver les différentes aides ici

http://iafd.club