Accueil Tags Posts tagged with "syndic professionnel"

syndic professionnel

2768

Un grand nombre de copropriétés se détournent des syndics professionnels à cause de leurs tarifs jugés prohibitifs. De ce fait, les syndics bénévoles sont en hausse ces derniers temps. Alors quels sont les avantages à préférer un syndic bénévole et comment remplir cette fonction ? Nous vous livrons tous les détails afin de vous aider à choisir un syndic si vous êtes une copropriété ou à entreprendre cette fonction si vous êtes un particulier.

Syndic bénévole : définition

Le syndic bénévole est une personne non professionnelle du secteur. Donc, cela peut désigner un des copropriétaires ou un de leurs conjoints. Inutile de posséder un certain nombre de lots ou d’être copropriétaire depuis des années pour être choisi. La principale raison évoquée pour prendre un syndic bénévole est la réduction des coûts. En effet, on constate un certain sentiment de lassitude parmi les copropriétaires vis-à-vis des syndics professionnels peu réactifs malgré leurs honoraires élevés.

Cette forme de gestion peut également être initiée par les propriétaires afin qu’ils puissent gérer de plus près leur copropriété. En effet, lorsqu’on opte pour un syndic qui est personnellement concerné par les services qu’il rend, cela garantit un certain engagement. Cette pratique est généralement réservée aux petites copropriétés avec moins de dix lots. Pour les biens immobiliers plus importants, on a tendance à préférer un syndic professionnel en raison de la quantité de tâches à effectuer. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Comment devenir syndic bénévole ?2

Comment passer à ce mode de gestion ?

Avant toute chose, les propriétaires doivent tous être d’accord avec cette nouvelle forme de gestion. Il faut ensuite aborder la question du « renouvellement du mandat du syndic ou élection d’un syndic bénévole » lors d’une assemblée générale. Il convient de transmettre cette demande au syndic professionnel en place par lettre recommandée avec accusé de réception au minimum deux mois avant la date de la réunion. Attention, le syndic peut reporter cet ordre du jour à une prochaine assemblée en cas de réception tardive de la requête.

Prenez garde à ne pas faire l’assemblée générale dans les locaux du syndic professionnel sous peine de devoir quitter les lieux après le vote qui l’aura démis de ses fonctions à effet immédiat. Si toutefois la réunion se poursuivait alors les décisions prises ne seraient pas valables. Pour la même raison, vous devrez désigner un secrétaire de séance autre que le syndic qui occupe ce poste par défaut selon la loi en vigueur sauf si une autre personne est élue en début de séance. Le syndic bénévole doit récolter la majorité des voix de tous les copropriétaires afin d’être élu. Si vous voulez plus de renseignements, rendez-vous sur cette page.

Comment devenir syndic bénévole ?3

Devenir syndic bénévole

Si tout le monde peut endosser le rôle de syndic, cette fonction ne se prend pas à la légère. Cela demande quelques concessions et quelques compétences comme :

  • Donner de son temps
  • Avoir des connaissances juridiques : lois de copropriété, règles de sécurité, recouvrement des charges…
  • Être organisé
  • Savoir gérer la comptabilité
  • Faire preuve d’aisance pour communiquer et négocier

Cependant, nul besoin de s’y connaître à l’avance, si vous êtes motivé et autodidacte de nombreux ouvrages de référence peuvent vous aider à vous former. De plus, des formations sont possibles dans des associations comme l’ARC copropriété.

Bien qu’il soit bénévole, le syndic peut recevoir une rémunération. Il sera bien sûr remboursé de ses frais de courrier, téléphone et assurance mais il peut également être indemnisé de façon forfaitaire pour le temps passé à gérer la copropriété. Le montant attribué au syndic devra être inclus au budget prévisionnel et voté à la majorité par les copropriétaires. Plus d’informations sur la page suivante. Et pour finir, voici un petit rappel sur la fonction de syndic de copropriété :

3227

La copropriété est un défi de tous les jours qui nécessite de nombreuses démarches et le syndic participe grandement à la bonne gestion de cette organisation. Comment fait-on pour devenir syndicat ? Quelle est leur utilité ? Voyons en détail son rôle dans la copropriété.

Les syndics

Le syndic de copropriété représente les copropriétaires dans le but d’exécuter les décisions prises par ces derniers mais surtout légalement dans les actes civils ainsi que dans la gestion administrative de l’immeuble. Le syndicat est soit une personne morale soit une personne physique. Il peut être professionnel ou bénévole. S’il est non professionnel, il peut être une personne ou bien une coopérative de propriétaires et devra ouvrir un compte bancaire au nom de la copropriété.

Il n’est pas tenu d’avoir une carte professionnelle ni une assurance de responsabilité civile mais cette dernière est fortement recommandée parce que sa responsabilité est engagée au même titre que celle d’un professionnel. S’il est professionnel il doit pouvoir :

  • Apporter la justification d’une garantie financière suffisante pour assurer le remboursement des fonds en cas de faillite de la copropriété
  • Justifier de la possession d’une assurance responsabilité civile professionnelle
  • Ouvrir un compte bancaire ou postal au nom de la copropriété
  • Posséder une carte professionnelle de « gestion immobilière » à récupérer auprès de la préfecture

Pour en savoir plus, consultez la page suivante.

Copropriété sans syndic, est-ce que cela fonctionne ?2

Copropriété sans syndic : les enjeux

Si la copropriété n’a pas de syndicat alors un tiers sera désigné par un juge, cela peut être un syndic judiciaire ou un administrateur provisoire. Dans la plupart des cas, cette absence intervient parce que l’assemblée des propriétaires n’a pas permis de définir une personne mandatée à cet effet. Mais parfois c’est parce que celui mis en place a été pris en faute : soit parce qu’il ne possède pas les éléments requis (carte professionnelle par exemple) soit parce qu’il n’a pas rempli sa mission.

Dans tous les cas, cela entraine la paralysie de la copropriété et ce sera au tiers désigné de mettre en place un nouveau vote au plus vite. En effet, le coût de cette procédure judiciaire est lourd pour tous les propriétaires, environ 96 000 euros par an. Pour en savoir plus, retrouvez l’article « Focus : quand la copropriété se retrouve sans syndic ».

Copropriété sans syndic, est-ce que cela fonctionne ?1

Le syndic bénévole

Lorsque la copropriété n’a pas de syndicat, cela signifie qu’elle n’est pas représentée légalement. Donc en cas de litige, la procédure judiciaire que nous venons de voir s’applique. Aujourd’hui, beaucoup de propriétaires se plaignent de leur syndic professionnel parce qu’il coûte cher (entre 3 000 et 8 000 euros par an) et ne leur donne pas satisfaction. Cependant il est vraiment nécessaire, il est donc recommandé d’en attribuer un bénévole parmi les propriétaires de l’assemblée.

De plus, un syndicat bénévole permet aux propriétaires de pouvoir être autonome. Il est élu à la majorité des voix comme pour un syndic professionnel. Il peut recevoir une rémunération symbolique en accord avec les propriétaires, celle-ci sera fixée lors d’une assemblée générale (entre 300 et 400 euros par an en moyenne). Attention tout de même : cette solution n’est envisageable que pour les petites copropriétés de 2 à 20 lots. Si vous voulez devenir bénévole, lisez l’article « Se passer d’un syndic de copropriété, c’est possible… et financièrement intéressant ».

Pour finir, voici une vidéo qui montre la dégradation des relations entre copropriétaires et syndics :

http://iafd.club